Examen clinique

L’examen clinique

Suite à votre consultation avec votre médecin traitant concernant une douleur au pied, au genou, au dos ou autre, celui -ci vous prescrit un « bilan podologique ».

Votre podologue est là pour faire un état des lieux de votre corps et de votre locomotion.

Pourquoi?

Douleur soudaine chez l’adulte, traumatismes chez le sportif, instabilités et gênes chez le patient âgé, démarche « en dedans » chez l’enfant, tous les motifs de consultations sont bons pour faire un check-up de votre outil le plus indispensable: votre corps.

Un interrogatoire pointu sur vos antécédents personnels ou familiaux, votre rythme de vie, votre profession, vos activités sportives vont permettre de préciser les circonstances de survenu de la douleur et mettre en évidence l’origine des troubles.

Examen en charge

Première étape de l’analyse, l’examen en charge permet d’établir la posture globale du squelette et de trouver les premiers indices quant à l’origine des troubles.

Debout sur un podoscope, le type d’empreinte sera observé avec attention : pied plat, pied creux ?

IMG_5590

S’en suit une observation visuelle associée à des prises de mesures de dos, de face ainsi que de profil. Chacun de ces plans sera analysé à chaque « étage » : chevilles, genoux, plis sous -fessiers … jusqu’au sommet du crâne.

On cherchera donc des rotations de plans, des attitudes vicieuses de malposition ou bien des adaptations fonctionnelles à des troubles anatomiques.

Examen postural en dynamique

Le pied est notre souci principal mais en posture, il est indispensable de contrôler, lors de l’examen, l’ensemble du corps.

Aussi, il existe des tests fonctionnels pour objectiver l’interaction des troubles podaux (et dans certains cas des troubles oculomoteurs ou d’équilibres dans les pathologies de l’oreille interne) afin de préciser les origines des troubles posturaux.

Des tests en charge et en décharge, les yeux ouverts ou fermés, les mâchoires serrées ou entrouvertes permettent d’éliminer au fur et à mesure les origines des sources de conflits.

Examen complémentaire

L’analyse baro-podométrique est un outils complémentaire afin d’examiner objectivement des pressions inégales exercées par le corps.

En statique, on peut voir les zones privilégiées d’hyper appuis et confirmer les désorientations du centre de gravité en adaptations de troubles sous-jacents.

Statique_TWOJ_PRB_01_TWOJ_PRB_FW_TWOJ_PRB__TWOJ_PRB_FWPro1jpg_size500x257_bgtransparent_fs28b9897add13ffc2d25fc2c28d7c8f53_tr0_p0

En dynamique, l’expression des réponses musculaires à la marche peut mettre en évidences des inégalités de charges, des troubles d’orientations de la marche.

Tout cela peut avoir des effets fonctionnels ascendants et créer des douleurs articulaires ou musculaires du fait d’une fonction inadéquat de l’organe en question.

Examen à la course

Dans certains cas, il peut être nécessaire d’analyser grâce à la vidéo sur tapis et/ou terrain d’entrainement selon le type de sport, la course.

Analyser la position globale du corps, la réaction de l’appui, la réponse physique à la fatigue permet de mettre en avant des pathologies pouvant passer inaperçues car uniquement fonctionnelles et à distance du début de l’entrainement.

Il peut être intéressant également de tester des chaussures pour s’assurer qu’elles répondent au besoin du coureur ou du sportif quel qu’il soit.

Imageries médicales

L’examen podologique dans son ensemble permet à lui seul de faire un diagnostic dans de très nombreux cas.

Cependant, on ne peut pas nier que l’imagerie permet d’être plus précis sur un pronostic de gravité et de localisation dans des cas plus complexes:

  • La radio sera l’examen de référence pour les tissus osseux,

photoradio

  • L’échographie trouvera sa place pour les atteintes des tissus mous (entorses avec ou sans arrachements, tendinopathies et bien d’autres),
  • L’IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) pour les tissus mous également pouvant donner lieu à une image 2D ou 3D,irmgneou
  • Le scanner permettant de créer une image avec une précision millimétrique et créer des modèles 3D de la structure osseuse observée.